petits périples

Hélène Raymond

Jardin et cuisine

DSCN5894

Je ne me rappelle pas d’un premier souvenir de cuisine.  J’ai toutefois en tête des images, des odeurs, le tablier de Gisèle, ma tante chérie. Les couleurs du potager d’Annabelle, ma grand-mère maternelle qui bordait son carré de légumes d’un rang de petites centaurées. J’ai grandi dans une maison où ça sentait bon. Les effluves du dîner nous accueillaient bien avant d’ouvrir la porte, la curiosité de ma mère nous permettait de goûter de nouveaux aliments. Pareil pour le jardin. Chacune de ces trois maisons: celles des familles de mon père, de ma mère et le chalet où nous vivions tout l’été avait son potager. Dans ma mémoire, il y a l’odeur de la terre froide de l’automne et des poireaux qu’on rentre, les doigts au chaud dans les petites mitaines tricotées chaque année pour des mains qui grandissent.

Jeune adulte, j’ai continué et jardiné quasiment partout où je me suis retrouvée. Quand il n’y avait pas ou pas assez d’espace, un jardin communautaire me permettait de le faire. Là où j’habite, nous tentons de maximiser l’espace de culture.  Une petite serre faite de matériaux de récupération nous donne des tomates jusque tard l’automne, le stationnement chauffe les pots de géotextile remplis de plantes gourmandes de chaleur, quelques arbres fruitiers fournissent les cerises, bientôt des prunes et peut-être des abricots…un de ces jours…
Je jardine et cuisine, tentant de me coller aux saisons, voyant août et septembre arriver avec leurs fantastiques corvées de transformation. J’aime la première tournée du potager au réveil, les paniers remplis et, par dessus tout, la fraîcheur. Il n’y a rien de tel que la première laitue du printemps, la tomate gorgée de soleil, le concombre et ses perles d’eau, l’artichaut que l’on réussit enfin à rendre à maturité, les herbes ciselées à la dernière minute.

Un avis sur « Jardin et cuisine »

  1. vous avez Madame Hélène toute mon admiration pour votre dévouement ,votre engagement et votre passion pour l’aliment du pays et des ses passionnés serviteurs.
    Mon souvenir personnel, demeure votre court passage à la découverte du pissenlit printanier au Jardin Calendula à Dunham.
    Merci pour tout ce que vous nous avez offert dans votre périple à la découverte du naturel québécois…
    Très bonne retraite : pleins de bonheurs vivants et gourmands ,
    pag

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s