petits périples

Hélène Raymond

Des fruits à goûter…des yeux.

2 commentaires

IMG_7164

Tomates de arbol ou tamarillos. De la famille des solanacées. Rouges ou jaunes, on ne mange pas la pelure. Dans son «Guide des fruits et légumes exotiques et méconnus» (1987!), Jean-Louis Thémis les suggère en omelette.

Ils sont partout! Sur une rue, les marchands ambulants les proposent déjà coupés;  un peu plus loin, ils les  pressent pour en tirer le  jus.  Grâce à leur débrouillardise, ils extraient l’eau sucrée  des bâtons de cane à sucre  pour obtenir un sirop édulcorant qui adoucira toutes ces boissons sans alcool. Ils  transforment les mangues en «spaghettis», inventent des systèmes de réfrigération. Les fruits trônent au cœur des rues, sur les places publiques, le long des grandes artères. Vous le savez, c’est  l’exotisme…à vos risques et périls. L’eau, la glace, la chaleur de plomb, l’entretien quelquefois douteux des installations devraient éveiller la crainte des bactéries et des jours de vacances perdus.

IMG_7163

Voici un aperçu des fruits de Colombie et de ceux (des hommes pour la plupart) qui tentent de gagner un peu d’argent, peso par peso. Ou plutôt, compte tenu de la dévaluation de la monnaie, mille pesos par mille pesos! IMG_2517  IMG_7257 DSCN0801DSCN0906 DSCN0928

Il y a tous ces fruits de la rue et ceux que l’on rapporte chez soi. Au retour d’une excursion dans la campagne, en rentrant  à l’appartement de notre amie Franchezca à Bogota, nous nous sommes arrêtés à une fruiterie du quartier Usaquen . Un magasin comme on les voit ici:  montagnes de fruits alléchants, tri constant pour éliminer ceux qui ne trouveront pas preneur, herbes fraîches pour les tisanes. Alors que nous choisissions ce qu’on croyait être mûr, un homme est venu nous interrompre pour nous raconter avoir été le premier exportateur de fruits colombiens au Canada,  à l’époque où la chaîne de froid n’était pas ce qu’elle est aujourd’hui. Après son récit, il nous a aidé à choisir, les tâtant doucement, secouant  l’avocat pour vérifier si le noyau était détaché de la chair, humant les mangues. Il nous a accordé une bonne quinzaine de minutes; ajoutant à ses explications quelques notes sur la valeur médicinale de tel ou tel fruit. C’est une des richesses colombiennes: on connaît encore les effets de leur consommation  sur la santé. On suggérera tantôt la chair, tantôt les pépins, tantôt l’infusion.

Au fil des jours, nous avons poursuivi nos découvertes, pour observer et  goûter. Je retiens la merveilleuse  papayuela , la petite papaye,  ( extraordinaire une fois cuite en sirop léger!) DSCN1145

Et les  granadilla , maracuja et gulupa (trois fruits de la famille des  passiflores, récoltés sur des plantes grimpantes).

DSCN1159La couleur violacée des mangoustans  (mars serait la saison de ce fruit originaire d’Asie qui pousse bien en Colombie).

La guanabana (une étrangeté verte qu’on vend « à la coupe » et dont on mange la chair blanchâtre qui aurait des propriétés curatives)…

DSCN1168

DSCN1156…le zapote (fruit  du sapotier? vraiment très beau). Et tous ces fruits que l’on reconnaît pour les manger ici. Beaucoup de mini bananes, pas de citrons jaunes mais des «limones», des limes de toutes sortes (les Colombiens n’utilisent pas le citron que nous connaissons);  des fraises (qui n’ont pas la saveur de nos fraises…) et un «bleuet» qui ne ressemble en rien à ce qu’on importe du Chili et encore moins à ce qui pousse ici en forêt. Une belle abondance qui tombe à point quand on a laissé l’hiver derrière soi. Une diversité exceptionnelle due aux climats, à l’altitude,  des saveurs pleines et  parfumées et la chance de manger des fruits mûris sur place. Jamais les mangues n’ont été aussi bonnes! DSCN1164Prochain rendez-vous? Le marché de Paloquemao pour ses talismans, ses allées de pommes de terre et sa section médicinale. D’ici là, abonnez-vous! C’est bon pour mes statistiques…(et ça fait grand plaisir de savoir que vous êtes là!)

 

2 avis sur « Des fruits à goûter…des yeux. »

  1. Passionnantes découvertes que tu fais.Tu dois maintenant en avoir tout un bagage derrière toi.Retrouve-t-on plusieurs variétés de ces fruits de la Colombie
    au Québec?

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s