petits périples

Hélène Raymond

Se désaltérer à Istanbul

Laisser un commentaire

IMG_5056Même si Coca Cola et ses dérivés sont présents un peu partout à travers la ville, dans les machines distributrices comme dans les frigos des épiceries de quartier, il existe encore plusieurs manières de boire « local » et de faire quelques découvertes pour le moins originales.

EAU : essentielle à la vie et à l’énergie (buvez librement, on trouve des toilettes publiques autour de tous les grands monuments). On la boit toujours embouteillée et il est recommandé de la décapsuler soi-même. Même les Stambouliotes boiraient, pour la grande majorité, de l’eau embouteillée. On dit toutefois qu’à l’entrée des mosquées, l’eau des ablutions serait potable (je n’ai pas poussé plus loin la vérification).

Effet direct de cette consommation : des montagnes de plastique se retrouvent aux ordures. Ce qui me semble plutôt ironique dans cette ville où, dès le VI siècle, les Romains ont construit, en cinq ans, une citerne municipale qui recueillait l’eau captée plus haut dans la montagne pour l’emmagasiner sous la terre dans un réservoir qui contenait de quoi abreuver 100 000 habitants! Une merveille de conception que l’on peut visiter et dont les cinéphiles se rappelleront (des scènes de Bons baisers de Russie ont été tournées à la Citerne Basilique et l’équipe de Inferno, de Dan Brown y aurait également travaillé; à la blague, les guides mentionnent le fait que vous la visitez avant que ça ne devienne « infernal » puisque Tom Hanks y a mis les pieds!).

Je ne connais pas les statistiques de récupération/recyclage mais j’ai entrevu dans le parc Abbasaga la distributrice la plus originale qui soit. Lorsque vous y glissez vos bouteilles vides, ce sont les chats et chiens du quartier qui en profitent. Ils reçoivent illico une portion de croquettes et un peu d’eau. Istanbul est une ville qui aime particulièrement ses chats et il n’est pas rare de voir les gens s’arrêter pour les nourrir dans la rue. Ce sont eux qui ont droit à une niche.

IMG_0999

DSCN8891

JUS : les vendeurs ambulants de jus de fruits sont partout. On presse des fruits frais en moins de deux. Il s’agit d’une bonne façon d’en consommer parce qu’on ne les offre pas au restaurant et qu’on n’ose pas en attraper au coin d’une rue si on n’a pas de quoi les laver à grande eau. La Turquie produit de grandes quantités de grenade, c’est l’occasion d’en boire!IMG_1044

YOGOURT : je crois pouvoir dire sans me tromper que c’est un des aliments préférés des Turcs. Et il s’agit de « vrai » yogourt. Nature, sans saveurs ajoutées et sans ces grandes quantités de sucre pour le transformer  en dessert. De lait de vache, quelquefois de chèvre, il est frais, industriel ou artisanal, bio ou conventionnel et ne coûte pas très cher.

Si je vous parle de yogourt c’est qu’il y a aussi l’AYRAM : un mélange de yogourt, d’eau et de sel que l’on fouette pour créer une mousse très légère à la surface. En version industrielle, on peut le voir dans les supermarchés et épiceries de quartier. Quelques restaurants le font encore sur place et le servent dans des coupelles de métal. On le boit à la louche. C’est acidulé et franchement désaltérant. Une découverte.

 IMG_1009

 

MARINADE : à Istanbul, on boit le liquide des légumes marinés. Et comme on aime beaucoup les marinades, on doit boire pas mal de saumure! Dans le verre qu’on m’a servi du côté d’Uskudar, j’ai trouvé une dizaine de cornichons qui baignaient IMG_0956dans leur propre marinade mélangée à celle des poivrons rouges. Pour ce premier essai, je me rappellerai d’une saveur plus saumurée que vinaigrée, un peu piquante. Je n’essaierai pas de vous convaincre de boire le jus de vos cornichons mais si vous mettez les pieds à Istanbul, c’est à essayer!

BIÈRE : la boisson de voyage qui dépanne. Une marque nationale : EFES qu’on trouve sur la plupart des cartes des restaurants qui offrent de l’alcool.

RAKI: (prononcez rake). Sur les tables de plusieurs restos en soirée. Une boisson à l’anis moins complexe au plan des saveurs que les pernod et pastis, agréable à boire, encore plus une fois qu’on nous explique la manière de faire. On suggère d’abord de placer deux verres devant soi. Dans le premier : raki, eau et glaçons à parts égales. Dans le second : de l’eau. Et chaque fois que vous buvez le mélange d’alcool, vous prenez une gorgée d’eau. Toujours au moment du repas, en mangeant.

IMG_0961

Serefe! Santé!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s